Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peintures de Ludovic de Valon

BABAS YAGAS avec Lika Guillemot

26 Septembre 2017 , Rédigé par Ludovic de Valon

La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.
La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.

La baba-yaga est une figure mythologique slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. Baba signifie la femme du peuple et yaga, la brune, la vieille ou la femme serpent. Elle est représentée comme une vieille femme toujours surnaturelle. Elle est l’esprit de la nature, de la transformation et celui qui lui rend visite fait un voyage initiatique. En effet, c’est la gardienne du royaume des morts et sa cabane constitue un passage à la frontière des deux mondes. La baba-yaga est la figure maternelle, protectrice mais qui peut aussi s’avérer cruelle. Elle est l’archétype de la grand-mère dans ses aspects positifs et négatifs. À l’image de Janus, dieu romain à deux têtes, dieu du passage et des portes, les baba-yagas ont deux visages. L’un à l’extérieur, dirigé vers le soleil, vers l’avenir ; l’autre vers l’intérieur, face tournée vers le passé et les passants. Les artistes Lika Guillemot et Ludovic De Valon réalisent 3 Baba-yagas dans lesquelles les passants pevent entrer. Sorte d’abri, de refuge, les visiteurs sont invités à un temps d’intériorisation, de questionnement et de rencontre avec l’œuvre monumentale. De jour, l’installation offre une vision différente de celle de nuit. L’univers coloré choisi est le vert, couleur de la nature par excellence et pourtant complexe à obtenir en teinture directe.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article